Prochaines expositions



en Arz


Vague Lueur

40x50
Un léger roulis nous promène vers des destins inconnus.
 Une vague lueur a laissé la scène à l’abandon.
 Dernier acte avant le tomber de rideau.


Un instant

80x80

C’est un instantanée d’effet brumeux.
 Tout veut disparaître, notre regard retient le souvenir. 
C’est fugitif, une impression de suspension.
Derrière la dune

50x50

On aperçoit, on se voit, on devine, on s’effraie.
Restons allongés un moment, seuls sur le sable.

Eaux fortes

50x50

Plonger, disparaître dans une onde sans fond,
 le courant d’air vert, le ciel nu, la mer absente.

Eaux partout

50x50
Surtout ne pas se noyer dans l’onde d’écume
 ni sous la parure d’émeraude de ses yeux
 mystérieusement ouverts
 au bleu du ciel et au vert de l’eau titubante

Eaux tragiques

50x50

Nul drame, seulement un opéra muet
L’air, l’eau, la terre point de feu.

Île oubliée

50x50

J’ai perdu la clef des ondes, Cythère se refuse à moi,

J’embarque aux sons des sirènes.
 Et me noie dans un champ de blé

Orages ! eaux et espoirs

50x70

Ça va tomber…
de l’eau, des moutons, des grenouilles,
 ils vont flotter et s’en iront voguant.

L’eau rage ! ô désespoir…

50x70

 Avant et pendant, pas de retour en arrière,

L’aube, Le ciel clair, la mer derrière le pré.
.

. Ciel bleu illuminé

60x73
Bleu de l’horizon, terre verte, la boîte m’échappe des mains
 et répand son contenu multicolore,
 rouge et orange des mots oubliés.
 Un beau souvenir tranquille.


L’île atteinte

60x73

L’apparition dépose son empreinte

Bleu ciel, mer verte, la terre s’approche enfin.
 Débarqué sur la plage, 
je ne regrette que sa voix pâle mais suave.

Martine Maritime

80x80

Elle a pris le large et le navire de son mari.
 Adieu les coups, les embruns et le gros temps. 
Elle croise d’autres marins, 
des bleus, des rouges, des petits, des gros, des jolis,
 des pas beaux. Tous l’aiment. Elle n’aime qu’elle-même.
 C’est plus facile en cas de rupture d’amarres.

Retour à Belle-Île

80x80

Le tour de l’île à vélo, merci ! Y a que des côtes…
J’y retournerai en regardant mes livres de Claude Monet !

Tout feu, tout flamme

80x80
J’ai la flemme, plus de bleu mais encore du rouge,
 beaucoup de rouge. Bu trop de blanc hier soir

Au delà du paysage 2017



En vue de Cythère

 80x80

Le soleil, en feignant de se lever,

 réveille l’endormie.

L’île se profile.




Lune encombrée

89x116

Je regarde l’astre nocturne et m’inquiète ? Serait-elle restée rêveuse ou seulement encombrée par mon regard ?


Terre de Mars

160x120

Nous nous brûlons les doigts à la Terre.
 Même Mars ne voudra pas de nous. Vénus, ultime recours.


Trois vents d’ouest

150x150

Se protéger et se cacher des vents et rêver un peu, beaucoup et à la folie bleue…









Bretagne céleste 2

140x105

La petite maison dans les rochers se réveille au milieu des flots changeants. Le ciel et la terre unis, déshabitués de leur lent désenchantement, se marient à la mer. Enfin, les êtres humains convaincus s’abandonnent à la contemplation de la Nature.

Mer bleue, yeux verts

100x80
Surtout ne pas se noyer dans l’onde d’écume ni sous la parure d’émeraude de ses yeux mystérieusement ouverts au bleu du ciel et au vert de l’eau titubante


Hortensia estival

80x80

Hortense se gonfle d’hydrogène,
 la sève monte, elle sera mais elle a été.



Hortensia printanier

 80x80
Hortense se décoiffe, bourgeonne, s’époumone et rend gloire à mère Nature.